Posteado por: Las noticias del océano | diciembre 14, 2012

Salvemos a los tiburones de La Reunión – 2ndo round (Francia)

©Atome Sag

©Atome Sag

14 de Diciembre de 2012. Con anterioridad se realizó un evento en esta red social (cf. Save Our Sharks La Reunión), para dar a conocer la decisión tomada por las autoridades de la Isla francesa La Reunión, en el océano Índico, luego de presentarse unos casos de mordeduras de tiburón. Decidieron matar 20 tiburones toros y tigres con el “propósito” de caza científica, a petición de los surfistas. Varias acciones fueron realizadas sin éxito para impedirlo, sin embargo un actor importante es el Consejo General de Colegios Veterinarios, a quién aún no se le ha solicitado el apoyo.

En Francia, un fin importante de los veterinarios es la preservación de la fauna salvaje y del medio ambiente, el cual se ve totalmente afectado al aceptar realizar las autopsias de los tiburones capturados, haciéndose cómplice de la matanza.

Con el objeto de detener esta barbarie, les invitamos a enviar un correo al Señor Presidente del Consejo General de Colegios Veterinarios, para lo cual se presenta a continuación una carta sugerida. Por favor al final de la misma incluyan sus datos : nombre, apellido y país de orígen (importante).

***

Título del correo : Save our Sharks La Reunión

Correo principal : president-cso.paris@veterinaire.fr

Copia Cc : cro.idf@veterinaire.fr, daaf974@agriculture.gouv.fr

Carta a mandar :

” Monsieur le Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires

Suite aux drames humains engendrés par les épisodes de morsures de requins de l’île de la Réunion, la Préfecture de la région a répondu en organisant une « battue » maritime sous couvert de « chasse scientifique », plus exactement d’évaluation du risque ciguatérique à des fins de consommation ultérieure de la chair de requins (arrêté préfectoral n° 1226 du 13 Août 2012).

Pardonnez ma stupéfaction quant au silence assourdissant de votre profession dans cette affaire alors qu’apnéistes et Organisations Non Gouvernementales ont immédiatement alerté du caractère irrationnel et désastreux de cet arrêté sur la biodiversité. La préservation de la faune et de l’environnement ne serait-elle plus inscrite dans les missions de la profession que vous représentez ? Il était déjà fort regrettable que la médecine de la faune sauvage marine ne soit confiée aux vétérinaires (la gestion des échouages dépend du Ministère de l’Environnement et non de celui de l’Agriculture).

Doit-on attendre la décimation quasi complète (comme celle du requin taupe commun à 99,99 %) des requins bouledogues et tigres pour s’intéresser à la question ? Eradiquer des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire océanique revient à fragiliser davantage l’écosystème et à permettre le développement anarchique d’espèces invasives totalement incontrôlables.

Par ailleurs, et vous en conviendrez probablement, un traitement étiologique n’est-il pas préférable à un traitement symptomatique ? La ciguatera trouve son origine dans la colonisation, par les micro algues dinoflagellées Gambierdiscus toxicus, des coraux morts. Aucune mesure n’est pourtant prise, à la Réunion, pour contrer la destruction massive du récif corallien (cf. données IRD issues de dix ans de suivi de la barrière corallienne).

Outre le fait que les seuls requins consommés par les réunionnais sont le requin taupe bleu ou mako (pourtant classé Vulnérable sur la liste rouge de l’UICN), espèce non concernée par l’étude, il est étonnant de constater que les lieux de prélèvements des animaux correspondent aux lieux des « attaques » de squales.

Aujourd’hui, le fait que la chasse cathartique des requins soit cautionnée à tous les étages décisionnaires ou exécutifs, y compris au vôtre (réalisation des autopsies), incite à la destruction de toutes les espèces de squales que des pêcheurs lambda trouvent sur leur route (cf. actualité du 3 décembre 2012)

C’est donc instamment que je vous demande de vous opposer fermement aux abattages pseudo scientifiques orchestrés par une Administration qui n’a de cesse de répondre à la vindicte populaire, celle de surfeurs potentiellement imprudents en la situation. Il en va de l’honneur et de la crédibilité de la profession vétérinaire.

Dans cette attente, et avec mes remerciements anticipés, veuillez agréer, Monsieur le Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires, l’expression de mes salutations respectueuses.

Sus nombre, apellido y país de orígen (importante)

Informations complémentaires :
1) La face cachée des morsures de requins (île de la Réunion)
2) Shark species more diverse than thought
3) Protection des requins dans l’UE : progrès récents et actions prioritaires
« 1/3 de toutes les populations européennes de requins sont classées sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la Conservation de la Nature). A ce chiffre s’ajoute 20 % des populations qui risquent de devenir menacées. »

***

En resumen, la carta informa sobre los puntos ilógicos y desastrosos en cuanto a la decisión tomada respecto a la matanza de los tiburones y recuerda el rol que cumplen los grandes depredadores marinos en el océano. Por último, usted invita a los profesionales veterinarios a no participar en esta caza injustificada.

Por favor tome en consideración este texto sugerido e incluya lo que usted considera importante comunicarles a los médicos veterinarios sobre esta decisión. Escríbala en su propio idioma, con sus propias palabras si lo considera oportuno y no olvide ser respetuoso.

Con nuestros agradecimientos por su acción,

Asociación Sibylline – Fauna Marina
http://www.sibylline.org/

NB : el título del correo esta en inglés porque corresponde sus iniciales a “SOS”

Muchas gracias a Nin Gu No, Margarita Abascal de Schwendener y Sylvie Lemaire 🙂


Categorías

A %d blogueros les gusta esto: