Posteado por: Las noticias del océano | agosto 15, 2012

Salvemos a los tiburones de La Reunión (Francia)

15 de Agosto de 2012. En la isla francesa La Reunión  (Océano Índico) estas últimas semanas se dió a conocer dos nuevos casos de mordeduras de tiburón, una de ellas mortal. A causa de esto y a petición de los surfistas, el alcalde de Saint-Leu había emitido una orden para matar a los tiburones toros, especie causante de los ataques ocurridos. Pero en respuesta a una contestación, la orden fue retirada con la condición que el Ministro de Ultramar, Señor Victorin Lurel, se encargaría de la situación, quien indicó que la decision de matar 20 tiburones toros y tigres fue tomada con el “propósito” de caza científica.

Con el objeto de detener esta barbarie, les invitamos enviar un correo al Señor Ministro de Ultramar, en donde se tome de referencia el texto que se presenta a continuación incluyendo al final del mismo sus datos : nombre, apellido y país de orígen (importante).

***

Título del correo : Save our Sharks La Reunión

Correo principal : fabrice.rigoulet-roze@outre-mer.gouv.fr

Copia Cc : jean-christophe.bouvier@outre-mer.gouv.fr, pierre.cuneo@developpement-durable.gouv.fr, maguy.croissiaux@mairie-saintpaul.fr, graziella.leveneur@mairie-saintpaul.fr, geraldine.gonthier@cr-reunion.frsophie.povero@cr-reunion.fr, contact@reunion.fr, irtparis@reunion.fr, j.farreyrol@senat.fr, cetacesetfaunemarine@free.fr

Carta a mandar :

“Monsieur le Ministre des Outre-mer,

C’est avec consternation que j’ai appris la capture « scientifique », sous l’égide de l’Etat, de 20 requins bouledogues et tigres en réponse à l’actualité réunionnaise de morsures de squales.

Pas plus que le Japon ne convainc avec sa chasse « scientifique » de baleines dans le sanctuaire Austral, la France ne convainc en « prélevant » des animaux sous couvert d’étude de la ciguatera. D’une part, les réunionnais ne s’alimentent pas de requins tigres ou bouledogues, d’autre part, un traitement en amont du problème est toujours préférable, avec, notamment, des mesures de protection des coraux, fort mal en point à La Réunion.

Il est regrettable que le deuxième domaine maritime mondial réponde à la vindicte populaire en lui donnant en pâture la dépouille de prédateurs dont la population ne cesse drastiquement de baisser sous l’effet des activités anthropiques. Le monde entier vous regarde, Monsieur le Ministre, et ne comprend pas que les discours du Président de la République, Monsieur François Hollande, lors du sommet de Rio, soient en complet désaccord avec la politique environnementale de son pays.

Votre décision fait totalement abstraction du travail de personnes œuvrant depuis de nombreuses années au contact direct des plus grands squales de cette planète, dont le requin blanc. Ces personnes, si elles n’étaient responsables, ne seraient plus de ce monde pour nous faire parvenir leurs observations, leurs analyses et la conduite à tenir pour évoluer dans le monde dangereux qu’est l’océan. Ils sont l’exemple vivant que les activités aquatiques, si elles sont pratiquées de manière responsable, s’avèrent ludiques et sans danger.

Eradiquer des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire océanique revient à fragiliser davantage l’écosystème et à permettre le développement anarchique d’espèces invasives totalement incompatibles avec les activités touristiques d’une île. Le coût économique de telles conséquences serait alors sans commune mesure et sans retour en arrière possible.

Gouverner, c’est prévoir, indiquait Emile de Girardin. Quelle raison justifie qu’aucune étude ne soit menée sur l’équipement en répulsifs des planches de surf ? Les requins sont particulièrement sensibles aux champs électromagnétiques. Si des barrières électromagnétiques ceinturant les activités humaines s’avéraient néfastes sur l’ensemble de la faune occupant ces lieux, un champ électromagnétique sur les équipements serait parfaitement envisageable, encore faudrait-il prendre la peine d’en étudier, scientifiquement cette fois, les conditions d’efficacité.

Enfin, sachez que si je fus autrefois sensible aux attraits touristiques de l’île de la Réunion, cette destination ne figure désormais plus dans mes prochains itinéraires, ayant à cœur de ne pas conjuguer l’économie d’un endroit avec la destruction de sa faune. J’ai d’ores et déjà invité mes proches à me suivre dans cette démarche.

Avec mes remerciements anticipés quant à l’intérêt que vous aurez porté à la présente, et vous priant de bien vouloir annuler cette chasse « scientifique », veuillez agréer, Monsieur le Ministre des Outre-Mer, l’expression de mes salutations respectueuses.

Sus nombre, apellido y país de orígen (importante).”

***

En resumen, la carta indica su asombro en cuanto a la decisión tomada respecto a la matanza de los tiburones y recuerda el rol que cumplen los grandes depredadores marinos en el océano. Además interroga sobre la ausencia de estudio científico sobre el efecto de las tablas de surf con repelentes. Por último, informa que es uno de varios turistas que decide visitar los países en donde se respeta la fauna salvaje (el turismo es primordial para la isla de la Reunión), por lo que usted invita a parar esta caza verdaderamente injustificada”

Por favor tome en consideración este texto e incluya lo que usted considera importante transmitirle a estas autoridades. Escríbala en su propio idioma, con sus propias palabras si lo considera oportuno y no olvide ser respetuoso.

Con nuestros agradecimientos por su acción,

Asociación Sibylline – Fauna Marina

http://www.sibylline.org

NB : el título del correo esta en inglés porque corresponde sus iniciales a “SOS”

Muchas gracias a Margarita Abascal de Schwendener


Categorías

Seguir

Recibe cada nueva publicación en tu buzón de correo electrónico.

%d personas les gusta esto: